Pourquoi l’obésité favorise l’hypertension artérielle ?

 

Nul ne peut nier que l’obésité est devenue une maladie et elle atteint de plus en plus de monde. Selon les chiffres officiels sa prévalence a triplé depuis l’année 1975 pour entrainer une hausse sans précédent des maladies cardiovasculaires, de l’hypertension et des accidents cardio-vasculaires cérébraux. La question qui se pose serait de savoir tout d’abord pourquoi l’obésité provoque une expansion de la pression artérielle et comment corriger cet effet.

Hypertension artérielle : Définition

L’hypertension artérielle ou HTA est caractérisée par une élévation trop importante de la pression dans les artères. Cette élévation persiste dans le temps. C’est une maladie chronique qui est la plus répandue dans le monde.

Pour parler d’hypertension artérielle, il faut :

  • Une élévation de la pression artérielle systolique à 14 cmHg (140 mmHg) ou plus ;
  • Ou une élévation de la pression artérielle diastolique à 9 cmHg (90 mmHg) ou plus ;
  • Que ces mesures soient constatées à plusieurs reprises, lors de 3 consultations successives sur une période de 3 à 6 mois (en cas d’HTA très importante, le traitement est mis en place dans un délai plus court).

hypertension chez les personnes obèses

Principales causes de l’hypertension artérielle

Généralement, il est difficile de trouver une cause précise à une hypertension artérielle. Cependant, certains facteurs peuvent favoriser son apparition.

L’hygiène de vie comprend plusieurs éléments susceptibles de faire augmenter la valeur de la tension artérielle et nous pouvons citer :

  • Une alimentation riche en sel, et pauvre en fruits et légumes : En effet, une alimentation trop riche en sel favorise l’hypertension artérielle. Une grande partie de notre consommation en sel provient d’aliments qui n’ont pas un goût très salé (le pain, les aliments en conserve, les produits industriels et surgelés). Dans ce cas, on parle de sel « caché » et il est tout à fait possible de limiter sa consommation en réduisant la quantité de sel ajoutée aux aliments ou à l’eau de cuisson.
  • Une consommation d’alcool importante : Il est recommandé de ne pas boire plus de 3 verres de vin par jour pour un homme, et pas plus de 2 verres de vin par jour pour une femme.
  • La consommation excessive de réglisse augmente la tension artérielle.
  • Une activité physique insuffisante : Pratiquer une activité physique régulière permet d’améliorer sa tension artérielle.
  • Un surpoids ou une obésité. On parle de surpoids si l’indice de masse corporelle (IMC : poids (kg) / taille (m)²) est supérieur à 25, et d’obésité s’il est supérieur à 30.
  • Le tabac.
  • Un taux élevé de mauvais cholestérol
  • Le stress
  • L’âge : le risque d’hypertension artérielle augmente avec l’âge et atteint 40 % des personnes à 65 ans et 90 % à 85 ans.
  • L’origine ethnique : les Antillais et les personnes originaires du sud de l’Asie sont plus susceptibles de développer une hypertension artérielle.

Les antécédents familiaux : le risque est plus élevé si des membres de la famille du patient ont eu ou ont une hypertension artérielle.

Obésité et hypertension artérielle : Quel rapport ?

Selon le statistiques, 40% des personnes obèses souffrent d’une hypertension artérielle. Ce serait surtout l’obésité abdominale qui favorise ce risque. Il faut donc normaliser à tout prix sa tension pour protéger les artères du vieillissement ainsi que des complications cardiovasculaires. C’est une perte pondérale qui va permettre une amélioration de l’hypertension artérielle mais pas seulement. En effet la perte de poids ainsi que la limitation des aliments riches en sel caché sans compter l’activité physique régulière sont tout aussi efficaces mais il faut savoir que tout ceci ne remplace pas un traitement médical.

De plus l’excès de cholestérol et de triglycérides causé par une perturbation des lipides conduit automatiquement à des maladies cardio-vasculaires. C’est pour cela aussi qu’il est possible d’annoncer que l’obésité abdominale va contribuer à la résistance des tissus à l’action de l’insuline d’où une croissance de la glycémie qui s’élève pour aboutir au diabète et à la pression artérielle.

L’obésité prédispose automatiquement à des anomalies du muscle cardiaque dont la plus fréquente est l’hypertrophie du ventricule gauche. L’augmentation du débit sanguin cardiaque va faire en sorte que le cœur va s’hypertrophier. Ajoutez donc à cela des anomalies respiratoires pour que la personne obèse développe une insuffisance cardiaque globale.

De plus le risque de syndrome coronaire aigu comme infarctus du myocarde est exponentiel chez les personnes en état d’obésité car c’est dans cette tranche de la population que l’on rencontre les facteurs de risques comme le diabète, l’hypertension….

Prise en charge de l’obésité pour traiter l’hypertension

Pour traiter l’obésité, il est nécessaire d’accorder une extrême importance à cette maladie et tenir compte des complications qui lui sont associés.

Les patients hypertendus doivent donc perdre du poids pour entamer leur processus de guérison et pour cela il est nécessaire de :

  • Au moins 150 mn d’activité modérée par semaine
  • La perte de poids conseillée et de 5% du poids de départ par an avec le maintien de cette père.
  • Un accompagnement pendant plusieurs années par une équipe pluridisciplinaire

Mais il faut tenir compte du fait que tous les individus ne sont pas pareils et il existe de grandes variations dans les réponses pondérales à un régime entre les individus.

Traitements médicamenteux de l’obésité

Les traitements médicamenteux qui interviennent dans la baisse de poids sont très limités. Plusieurs cas d’effets indésirables graves ont conduit à en retirer plusieurs du marché. Le seul médicament autorisé en France est l’Orlistat. Il limite l’absorption intestinale des lipides et son efficacité est modeste.

Traitements chirurgicaux de l’obésité

La chirurgie de l’obésité connaît un développement important. Elle est réservée aux formes les plus sévères de l’obésité à savoir celles qui sont associées à des complications comme l’hypertension ou le diabète. Elle entraîne des contraintes diététiques lourdes, et ce pour toute la vie. La perte de poids est maximale la première année, puis une reprise s’amorce dans les années qui suivent. La perte de poids est d’environ 20%.

Plusieurs techniques sont possibles :

  • L’anneau gastrique, placé dans la partie supérieure de l’estomac pour ralentir le passage des aliments
  • Le court-circuit gastrique (bypass), qui relie l’estomac à une portion de l’intestin grêle située environ un mètre en aval, afin de réduire la surface d’absorption des aliments
  • La gastrectomie longitudinale (sleeve gastrectomie), correspondant à une réduction de l’estomac par section verticale, pour accélérer le sentiment de satiété
  • Enfin, la chirurgie plastique et fonctionnelle peut être utile pour éliminer des amas graisseux handicapants comme par exemple liposuccion ou lipectomie), afin d’améliorer la mobilité. Mais elle n’améliore pas le métabolisme.
Categories:

Posted by dev1

Leave your comment

Please enter comment.
Please enter your name.
Please enter your email address.
Please enter a valid email address.