Cicatrisation estomac après sleeve

La sleeve gastrectomie est destinée à agir sur l’obésité grâce à 2 mécanismes qui, en s’associant et en se combinant, obtiennent résultats probants au niveau de la perte de poids. Comme la gastroplastie, le premier processus est une restriction et un niveau de satiété facilement atteint. Le second entraine une diminution du taux de ghréline. En la réduisant, survient et se prolonge un désintérêt pour la nourriture. Toutefois, il faut nuancer car cet épisode n’est pas efficace en cas de comportement compulsifs. Mieux vaut veiller à se contrôler et à maintenir un régime alimentaire approprié.

cicatrisation estomac après sleeve

Cicatrisation après une sleeve gastrectomie

Toute intervention chirurgicale et donc une sleeve gastrectomie laisse une cicatrice. Le processus de cicatrisation met en œuvre plusieurs capacités de l’organisme, comprenant :

  • Une inflammation (phase vasculaire) : attraction de cellules, notamment inflammatoires, au niveau de la cicatrice.
  • Un bourgeonnement : création par les cellules cicatricielles d’un tissu fibreux qui vient obturer complètement la cicatrice.
  • Une épidémisation : recouvrement de la cicatrice par de nouvelles cellules épidermiques.
  • Un remodelage : réorganisation progressive des cellules et des tissus cicatriciels permettant d’acquérir esthétique et solidité.

La cicatrisation est un processus assez long, et peut prendre de 12 à 18 mois environ, et dont le résultat est variable en fonction de très nombreux facteurs qui sont :

  • Le tabagisme qui altère la micro vascularisation et ralentit la cicatrisation
  • L’âge altère progressivement les capacités de cicatrisation.
  • L’état nutritionnel est fondamental, apportant les constituants nécessaires à la construction des tissus cicatriciels.
  • Les pathologies vasculaires
  • Les traitements antinéoplasiques : chimiothérapie, radiothérapie, anti-antigéniques bloquent les mécanismes biologiques de cicatrisation.
  • Le diabète ralentit la cicatrisation

Les Cicatrices post-opératoires

Les cicatrices ayant été refermées par le chirurgien, avec une suture par un fil « résorbable incolore », qui permet une bonne solidité, une étanchéité rapide et une cicatrisation optimale. La cicatrice ne nécessite dans une grande majorité de cas aucun soin particulier : elle est rincée à l’eau à chaque douche et séchée délicatement, sans aucune application de pansement ou d’antiseptique.

 Evolution de la cicatrisation après une sleeve

Diverses « complications » cicatricielles peuvent survenir :

  • L’infection de la cicatrice est marquée par une rougeur importante, une douleur, un gonflement visible, l’écoulement de pus à travers la cicatrice, et nécessite donc l’avis du chirurgien, ou du médecin traitant ou de votre infirmier. L’évolution est rapidement favorable avec des soins locaux pendant quelques jours. Dans de rares cas, un traitement antibiotique peut être nécessaire.
  • Un hématome est fréquent en rapport avec la contusion des tissus adjacents, et régresse progressivement en une quinzaine de jours s’il n’y a pas d’infection associée.
  • Un gonflement d’allure plus profonde correspond à une rétention locale de lymphe, et régresse en l’absence d’infection associée, en 1 à 2 mois.
  • Une désunion de la cicatrice est vraiment exceptionnelle, et sans gravité en l’absence d’anomalies plus profondes, conduisant à la réalisation d’une cicatrisation dirigée, d’évolution généralement favorable avec des soins infirmiers adaptés.
  • Une insensibilité autour de la cicatrice est fréquente, et s’atténue généralement progressivement en quelques semaines ou quelques mois. S’il existe une douleur plus importante, un traitement antidouleur adapté et/ou des soins locaux peuvent vous êtes proposés par votre chirurgien.
  • Une cicatrice boursoufflée après plusieurs mois est appelée hypertrophique ou chéloïde. Si celle-ci est inesthétique ou gênante, le chirurgien peut faire pour une réintervention

La fistule gastrique post-opératoire : Le défaut de cicatrisation le plus grave

Les complications post-opératoires sont à connaitre parfaitement par le patient, pour avoir une idée des avantages et des risques encourus en optant pour ce type intervention, et donc faire son choix de traitement en toute connaissance de cause.

Parmi les complications de la sleeve gastrectomie, la plus redoutée est sans doute la fistule gastrique post-opératoire. Il s’agirait dans ce cas d’un défaut de cicatrisation des tissus opérés. Pour la chirurgie bariatrique et notamment la sleeve gastrectomie, il s’agit d’un défaut de cicatrisation de la zone d’agrafage vertical de l’estomac. Ce défaut de cicatrisation provoque une fuite de liquide digestif, qui contamine l’intérieur de la cavité abdominale sous forme d’abcès ou de péritonite.

Le diagnostic est effectué juste après l’intervention et les des signes anormaux qui inquiètent le chirurgien sont : tachycardie (rythme cardiaque trop élevé), difficultés respiratoires, douleurs excessives, fièvre, signes d’infection visibles sur les prises de sang, essentiellement.

Traitement de la fistule gastrique

Il est nécessaire de réopérer pour nettoyer la zone d’infection autour de l’estomac, et placer un ou plusieurs drains abdominaux. Il est très rare qu’il soit possible de suturer la zone de fistule pour redonner immédiatement l’étanchéité à l’estomac, car les tissus au niveau de la zone de fistule sont fragiles et enflammés. Le reste du traitement consiste à mettre le patient à jeun et à attendre que la cicatrisation de l’estomac se fasse, progressivement, millimètre après millimètre, jusqu’à ce que l’étanchéité de l’estomac soit complète. Il est possible d’accélérer la cicatrisation et/ou d’anticiper la réalimentation en utilisant des drains internes posés par endoscopie, de types différents, mais ces méthodes ne sont pas encore complètement consensuelles et les habitudes varient selon les équipes. Le temps de cicatrisation de la fistule peut prendre de 2 à 6 mois en général, selon des cas. Cela ne signifie pas que le patient sera hospitalisé pendant toute cette période, mais qu’il ne pourra s’alimenter par voie orale pendant cette période, et donc par perfusion, ce qui est possible à domicile. En cas de fistule, il est en général nécessaire d’être hospitalisé 3 à 6 semaines, avant de pouvoir rentrer à domicile, avec souvent la nécessité de séjour en soins intensifs, voire en réanimation pour les cas les plus graves.

La fistule gastrique : Traitement

1/ C’est une complication très classique, donc tous les chirurgiens spécialisés en chirurgie bariatrique sont formés pour la diagnostiquer et bien la traiter.

2/ Ce n’est pas une complication spécifique de la chirurgie de l’obésité ; la fistule est une complication qui existe après toutes les opérations chirurgicales qui nécessitent des sutures ou des agrafages sur des organes. En étant opéré d’une chirurgie bariatrique, le risque d’une complication existe aussi pour toutes les interventions sur ces organes-là.
3/ Les fistules représentent une faible proportion de la mortalité liée à l’intervention. Selon les références officielles de la HAS, il est rapporté un risque global de mortalité de 0,2% à 0,5% pour la chirurgie bariatrique, et les principales causes ne sont pas les fistules mais les embolies pulmonaires, les complications cardiaques et les infections respiratoires.
4/ Une fois la cicatrisation de la fistule terminée, la réalimentation se fait normalement, et l’efficacité de la sleeve en termes de perte de poids, ainsi que le confort alimentaire sur le long terme, sont tout à fait identiques à ce que présentent les patients n’ayant jamais fait de fistule.

Categories:

Posted by dev1

obésité abdominale femme
Sleeve endoscopique Tunisie

Leave your comment

Please enter comment.
Please enter your name.
Please enter your email address.
Please enter a valid email address.